Toute petite déjà, je suis en mouvement. À 10 jours je prends le bateau sur la mer des Caraïbes. À quatre mois, l’avion pour traverser l’Atlantique et changer de continent. Je vis la moitié du temps sur un voilier pendant dix ans et vogue d’île en île. De ma Guadeloupe natale à Paris en passant par l’Australie et la Thaïlande, il m’arrive souvent de penser que la vie est plus excitante en vivant ailleurs, en étant confrontée à l’inconnu.

Voilier au mouillage sur l'île de Petite Terre en Guadeloupe

“Alors, la Thaïlande ?”  // “Comment c’était de grandir en Guadeloupe ?”

Comment raconter en quelques phrases un an de vie, dix-huit ans, ces endroits qui m’ont tant touchée. Je n’ai jamais vraiment su faire transparaître ces tranches de vie qui pourtant sont en moi. J’absorbe tout ce qui m’arrive sans prendre le temps d’assimiler. J’en suis venue à me dire que j’ai besoin de poser des mots sur toutes ces expériences enfouies en moi de manière à les digérer et me les approprier. Cet espace sera celui où mes mots et mes images prendront vie pour raconter les endroits traversés. Pour moi d’abord, et pour tous ceux qui seraient intéressés.

Throwing a lantern in the sky at Loy Krathong festival of lights in Chiang Mai, Thailand

De la Thaïlande…

J’aurais pu créer ce “blog” au moment de mes premiers pas en Thaïlande en 2015, mais peut-être qu’au fond il n’y a pas de bon ou de mauvais moment. J’ai travaillé pendant presque un an et demi à Bangkok dans une startup au croisement des domaines de la cuisine et du voyage, expérience qui a participé à façonner les valeurs et les intérêts que je porte aujourd’hui en moi. Je partais mon sac sur le dos et mon appareil photo autour du cou dès que je pouvais à la découverte de la Thaïlande et de ses voisins d’Asie du Sud-Est.

J’ai vécu à fond et je pense avoir été à ce moment-là plus heureuse que je ne l’ai jamais été. Jusqu’à ce que je sois expulsée du pays, et que je doive tout abandonner pour rentrer en France du jour au lendemain. Je ne m’étendrai pas ici sur le pourquoi du comment de cette mésaventure dont il sera peut-être question dans un autre billet, ou pas.

Je rentre meurtrie et le coeur brisé. Et puis je rebondis et me reconstruis une nouvelle vie à Paris, petit bout par petit bout.

A monk at Wat Pho temple in Bangkok

… à Paris

On a vu plus exotique que Paris. Un weekend en compagnie des pigeons sous un ciel gris fait quand même moins rêver que de partir à l’aventure pour se retrouver un bus de nuit, trois taxis et deux bateaux plus tard, à siroter une noix de coco devant son bungalow sur la plage. Mais tout est une question de point de vue.

Vue sur Montmatre depuis le parc des Buttes Chaumont

Dessinateurs de la place du Tertre à Montmartre, Paris

Petit à petit, l’envie de découvrir la ville se fait sentir, et avec elle, celle de redevenir touriste, de s’émerveiller des petites choses. Je renoue avec mon appareil photo, un peu délaissé depuis la Thaïlande, et décide de prendre au moins une photo par jour à l’issue de ce weekend-là. Je commence à regarder Paris d’un nouvel oeil, celui de quelqu’un qui n’y a jamais mis les pieds, et à vivre chaque jour comme une petite aventure.

Un couple prend un verre sur une terrasse de café parisien

Lumière au coucher du soleil

Pourquoi “i am not a travel blog” ?

L’idée de ce “blog” mûrit en moi depuis mon retour de Thaïlande. Il me fallait travailler sur un projet rien qu’à moi, qui combinerait, autour de la photographie, mon amour pour le voyage et la cuisine, deux domaines qui pour moi vont souvent de pair.

Je suis un peu sceptique face au terme de blog. Le monde n’a pas besoin d’un énième blog de voyage. Ceci n’est pas un blog de voyage. Pour moi c’est bien plus que ça.  Imaginez ce site comme une collection de carnets de voyage, un recueil de souvenirs, un journal visuel qui raconte l’ordinaire et le moins ordinaire, qui montre autant de raisons d’explorer son quartier que d’explorer le monde.

À travers mes photos et récits de voyage, mes pérégrinations parisiennes, le tout entremêlé de mes expériences culinaires, j’espère pouvoir vous inspirer et vous motiver, ainsi que me motiver moi-même, à vivre un peu plus fort. Je ne suis pas très bien sûre de ce que je fais, mais je sens que je dois le faire quand même.

Je vous embarque avec moi, bienvenue !

Marine  

6 replies on “La case départ

  1. En tout cas moi je vais suivre ce non-blog. Je vais voyager à travers toi à défaut de pouvoir le faire pour le moment. Tu as une belle plume et un bel oeil de photographe, j’ai hâte aux prochains billets 🙂
    Ta compagne de voilier d’il y a maintenant presque 20 ans…

    1. Oh merci beaucoup Amandine!! 🙂 Ça rappelle des souvenirs cette photo du bateau… Merci pour ton message adorable <3

  2. J’embarque aussi avec toi dans cette belle aventure ! J’avais hâte de te lire !
    Je te souhaite le meilleur pour la suite Darling 💛

Laissez un commentaire